English (United Kingdom)   French (Fr)

Publications par thèmes

Les publications et brevets sont accessibles sur ce site suivant les 8 thèmes.

Pour plus d'information sur ces thèmes vous pouvez lire les paragrapes ci-dessous. Allez directement sur la section souhaitée en utilisant les liens :


  • Cultures cellulaires, Salive et biochimie (Pathologie)

Les dix premières années (1970-1980) de ma vie de jeune chercheur correspondent, en dehors de la CFAO, à des travaux en chimie et en physiologie, bases de ma formation à la faculté des Sciences. Ces travaux portent essentiellement :
- sur certains métabolismes moléculaires des cellules en culture (adényl-cyclase …fluor… phosphocalcique) à l'approche d'agents infectieux comme les virus de l'hépatite ou de - la grippe (hôpital militaire - CRSSA - Lyon durant 4 ans) ,
- sur la chimie des matériaux (composites , EugeSpad …)
- et sur la mise au point d'une nouvelle méthode d'analyse salivaire automatique permettant des diagnostics précoces en cas d'apparition des maladies de Crohn ou de la  Rectocolite ( Service de gastro-entérologie des hôpitaux de Lyon et de Tours).
Deux axes de ces recherches ont été repris récemment par des équipes de chercheurs :
- Dans mes cellules originellement conjonctives, j'ai obtenu un début de tissu épithélial avec desmosomes (thèse 3e cycle). Je pense avoir lancé l'idée des diagnostics précoces ayant pour support l'analyse des composants salivaires (thèse d'état en BH).

Plus tard ces travaux m'ont beaucoup aidé pour la mise au point de nouveaux matériaux pour la CFAO, pour les tenons radiculaires et pour le développement des lampes à photo polymériser. Ils ont tous été primés au niveau national ou international.
Les 25 références sont précédées du préfixe "P" comme pathologie, en noir pour les publications purement "chimique", en bleu pour les cultures cellulaires et en rouge pour les travaux sur la salive.

Viennent ensuite les 155 publications et brevets se rapportant à la CFAO dentaire. Cette période recouvre toute ma vie de chercheur puisque les écrits ont commencé en 1973 avec ma thèse de 2e cycle et se poursuivent actuellement.

On peut subdiviser cette longue recherche en cinq périodes plus ciblées:

1- mes premiers écrits sur la CFAO dentaire de 1973 à 1982. (17 références) Ce sont les textes qui ont été écrits avant mes brevets de 1982 et qui correspondent à une époque de recherches et de vérifications expérimentales (à Lyon, à Tours puis à  Strasbourg) ou théoriques (Lyon et Grenoble avec mon oncle Bernard). Le texte le plus important reste à mes yeux ma thèse de 2e cycle "empreinte optique"  commencée à Noël 1970 , terminée durant le premier trimestre 1973 et déposée pour correction à l’école dentaire de Lyon le 25 Juin 1973.( Pour plus de détail reportez vous à la page 3  "l'invention de la CFAO dentaire".

2- La deuxième période , ou "les années Hennson" (1983-1992).  C’est la société Hennson internationale qui a construit la première vraie machine de CFAO dentaire au monde. Dès 1984 cet unit réalisait couronnes et inlays, puis bridges et coiffes (1988-1992) avec occlusion statique puis dynamique (USA 1992-1994). Ce travail n'aurait jamais été possible sans le génial Jean Louis Blouin, Gilles Deschelette, Jean Pierre Hennequin, mon ami américain Jean Claude Haas et tous mes amis dentistes ou scientifiques (Fabienne, Jean Pierre, Charles, Francis et les autres ....).
De nombreux documents ont été écrits (et sont à votre disposition) mais très peu ont été publiés car, n’ayant que peu de temps personnel, nous avons toujours transmis très vite nos textes  dans des journaux qui n’exigeaient pas trop d’exercice de style.
Une présentation "on live" nous paraissait plus importante et plus sincère  que la satisfaction égoïste de publications dans une revue internationale. Certes il nous est arrivé de le faire (JADA …) mais toujours à leur demande. Ce qui nous semblait le plus important, compte tenu des doutes de nos confrères, était de faire des démonstrations partout où l'occasion nous était offerte. (voir la page 5 "article de presse" ou la page 4-2 "conférences")

3- La troisième période  est très courte (1992-1994) et correspond à la "triste" société Sopha Bioconcept. Je n'ai pas de commentaire particulier. Avec Jacques Preston nous avons pu réaliser, à l'University of Southern California, plus de 10.000 couronnes et développer l'analyse dynamique des mouvements mandibulaires connectables aux appareils de CFAO.

4- La 4e Période américano-japonaise ou "période USC-NDU-GC" (1994-2003). Ce fut une période très riche et formatrice aux cotés de mon ami Akira Kikuchi, remarquable ingénieur, disparu hélas trop tôt. De cette période et de mon travail à l'University  Southern California (10 ans) puis à la Nippon Dental University (4 ans) est sorti mon troisième système de CFAO dentaire ou "GN1" développé en collaboration avec Nikon et Hitachi, sous la tutelle très professionnelle de GC dirigée par un président bienveillant : Mr Nakao.

5- La période actuelle (2003-aujourd'hui) est une période de "maturation". Elle est surtout marquée par une analyse des concepts théoriques du CAD CAM et, sur la base de mon passé, une recherche de son évolution et de son futur. Elle est ponctuée chaque année par plusieurs publications à caractère fondamental ou analytique.
Mes 155 références sur la CFAO sont précédées du préfixe "C" comme Cad/Cam ou CFAO.

De nombreuses extensions ont été développées avec et autour de la CFAO dentaire à partir de 1983. On trouvera en particulier, si nous essayons de les résumer rapidement:

- Les implants (les 17 références sont précédées du préfixe "i" comme Implants et c comme CadCam). Ce ne fut pas l'objet précis de notre travail jusqu'à ce que je rentre dans la société DIA (avec le Drs Preston, Daftary et Bahat) mais nous avons procédé à la modélisation de quelques implants et le développement de l'usinage d'une fausse racine après extraction ( cliquez sur Implants).

- L'occlusion (et la CFAO), un de mes axes de recherche favori, travaillé avec mes amis F. Jourdan, J. P. Toubol, et Ch. Georget en France puis avec J. Preston aux USA (les 27 références sont précédées du préfixe "O" comme Occlusion et C comme CadCam). ce travail a conduit à la présentation en 1988 de l'Access Articulator, réel articulateur 3D connectable à la CFAO dont deux prototypes ont été réalisés par la société Hennson. Merci de lire "O4" (cliquez sur Occlusion)

- Les matériaux, (les 29 références sont précédées du préfixe "M" comme Matériaux et c comme CadCam). Après avoir développé avec la société Spad et R Bossière, "l'Aristée" premier matériau composite multi directionnel pour la CFAO, nous nous sommes tournés vers la Zircone (nous pensons être les premiers à avoir fait une couronne en Zircone en 1984), le Dycor, l'Empress et autres Cérestore. J'ai continué ces travaux avec GC et NDU  jusqu'en 2003 (cliquez sur Materiaux)

- La Spectro colorimétrie, J'ai conçu et réalisé avec mon ami Jean Michel Decaudin ( Bertin)  le shade scan, premier vrai spectro colorimètre dentaire (à la différence des colorimètres existants). Il faut savoir aussi que JM Decaudin et M. Lequime, sont les développeurs de la première caméra 3D endo buccale connue au monde. Les 11 références sont précédées du préfixe "S" comme Spectro et c comme CadCam. La connexion avec la CFAO a été proposé en 1989 (voir brevets) mais n'a pas encore été mise en œuvre (cliquez sur Spectro colorimétrie)

Il s'agit d'une de mes dernières inventions (2002-2004). Elle ouvre une nouvelle voie dans les techniques de blanchiment dentaire en inventant les traitements actifs. Depuis plus de 300 ans, le blanchiment des dents est un acte passif , a savoir le peroxyde d'hydrogène est déposé sur la dent et l'on espère qu'il y pénètrera. M'étant rendu compte que la molécule de peroxyde est à la fois chargé et a d'un faible encombrement stérique, j'en ai déduit qu'il était possible de la faire pénétrer activement dans la dent en créant un champ électro phorétique (et la faire ressortir en inversant le champ). Cette idée m'était déjà venue au moment de ma thèse d'état en médecine, qui traite de l'électrophorèse salivaire. Après un développement de grande qualité auprès d'un ami, cette invention sera  mise en marché par un groupe industriel très connu pour la qualité de ses produits (information confidentielle).

Autour des 95-97, alors que j'étais aux USA, c'est développé un besoin important de la part des praticiens: les lampes à photo polymériser devenaient de plus en plus lentes et utilisaient  une technologie vieille de 30 ans: la lampe halogène. On demandait aux confrères de polymériser durant plus de 30 secondes, ce qu'ils se refusaient de faire, et il en résultait une sous polymérisation des composites. Fort de cette observation avec Guy de Vreese, Bruno Pélissier et H Noui, nous avons développé la lampe xénon-Plasma Apollo 95e ... (DMD.Remedent) puis les lampes à LED (s) e-light et miniLED (Acteon.Satelec) connues comme leaders de la polymérisation dans le monde entier. Paradoxalement toutes les lampes aujourd'hui proposent une  polymérisation en moins de 10 secondes. Il est loin le temps ou nous étions sur les bancs de la faculté dentaire avec nos lampes plasmatiques à polymérisation rapide !. Ce travail, qui a coïncidé avec ma période de PDG d'une PME de quelques 20-30 employés,  a été marqué par 61 publications (souvent primées) qui sont précédées du préfixe "P" comme Plasma et la découverte du monde de l'industrie pendant 15 ans, expérience très riche d'enseignement.

Directement issu de nos travaux sur l'aristée (composite multidirectionnel pour CFAO) et de l'imagination de mon oncle Bernard Duret, les tenons multi fibrés de première génération ont été développés par Marc puis Pierre Luc Reynaud et son ingénieur Q Chu. Très novateur, ils ont détrôné en moins de 10 ans tous les tenons métalliques. Ils ont fait l'objet de nombreuses publications dont seulement quelques unes sont citées ici. vous trouverez 28 références précédées du préfixe "t" comme Tenon. Après le premier "composipost" est arrivé une succession de modèles de plus en plus sophistiqués et de couleur blanche permettant une parfaite intégration esthétique.

Lors de nos travaux de lancement des expérimentations sur l'empreinte optique à Strasbourg, dans le laboratoire CNRS des professeurs Meyruis et Grosman, nous avons réalisé les premières radios connues en utilisant un CCD. Elles ont fait l'objet d'une présentation à Toulouse, dans le cadre du congrès IRIES. En 1982 Francis Mouyens a su développer brillamment ce concept en inventant la RVG. Pourtant si vous lisez ma thèse (empreinte secondaire) et mon brevet "i2" sur le procédé de saisie de la forme d'organe humain, vous trouverez dans le texte et les revendications, la description du RVG avant l'heure.. Ainsi va l'histoire de notre métier ! En dehors de ma thèse , C1,   vous trouverez 3 références  précédées du préfixe "RX" comme Rayon X.

Mon activité d'inventeur s'est appliquée dans des domaines assez variés comme vous le trouverez dans ce chapitre. Citons par ordre d'apparition:
- une carte de crédit avec mémoire de l'empreinte digitale pour éviter les codes
- un procédé de scellement et comblement réversible pour permettre un descellement plus facile des prothèses ou des traitements canalaires qui nous a entrainé vers l'étude des supra conducteurs (avec V. Legal).
- un procédé d'aspiration faisant, en même temps, tourner les turbines afin d'éliminer les aspirations chirurgicales et de refroidir la cavité.
- un procédé permettant d'utiliser l'empreinte optique afin de faciliter les diagnostics de surdité et de réaliser des prothèses sur mesure (avec H. Noui).
- un procédé d'anesthésie locale basée sur l'effet pelletier (avec H. Noui).
Vous trouverez 6 références  précédées du préfixe "D" comme Divers.